Un deuxième album pour Raton Lover

L’histoire de cinq musiciens de la Vieille Capitale


Publié le 7 février 2017

MUSIQUE. En 2006, après un franc succès à Cégeps en spectacle, Simon Lachance, Martin Plante et Simon Guénard ont poursuivi leur association en participant à divers projets. Huit ans plus tard, Frédérick Desrochers et Éric Blanchard joignent le clan pour former Raton Lover. Le début d’un trip de boys qui aboutit au lancement d’un deuxième album.

Initialement, Simon Lachance était batteur. Sa passion pour l’écriture des chansons le pousse à prendre le devant de la scène, devenant ainsi le chanteur et la tête d’affiche de la bande.

Pendant un an, le trio initial s’est déconnecté du monde extérieur pour composer ce qui s’est avéré être leur premier disque. Pas de Facebook. Pas de téléphone. Une vraie cure, comme dans le temps!

«Pendant cette année-là, [Frédérick Desrochers] a joint le groupe. En 2014, nous avons lancé notre premier album à quatre, avec Éric [Blanchard] comme réalisateur. Puis, le 11 septembre 2014, nous l’avons invité dans le band et la magie a opéré, alors nous avons continué les cinq ensemble.»

Ces grands amateurs du rock des années 1960-1970 ont apporté de légères modifications à leur style musical. Leur deuxième album, qui sera lancé le 14 février, sera davantage folk-rock, avec une petite touche country : «Nous avons vraiment hâte de procéder au lancement au District Saint-Joseph. Ce sera gratuit et très inclusif, puisque nous avons quatre invités surprises avec nous.»

«Un rêve de petit gars»

Pendant plusieurs années, le groupe livrait une prestation tous les mardis, dans le bar Ninkasi, situé sur la Rue Saint-Jean. Lors du Festival d’été de Québec (FEQ), Raton Lover donnait un gros coup : 11 jours consécutifs, de 21 heures à 3 heures du matin. À l’occasion, certains artistes ou musiciens de renoms se joignaient à eux.

Le 11 juillet 2016, le quintette est monté sur la scène du Festival d’été de Québec (FEQ). La consécration d’un rêve de petit gars pour Simon Lachance, qui attendait ce moment depuis l’âge de 12 ans. «Il faisait super beau, la scène était belle. C’était plein. On a trippé, carrément.»

En consultant le calendrier, on remarque que des concerts sont prévus aux quatre coins du Québec, au Nouveau-Brunswick, et même en Europe.

«Nous aimons la route. Nous avons créé notre album en pleine nature. Sur le bord du fleuve, dans le bois, l’ambiance est détendue, ça nous permet de prendre du recul, c’est parfait pour la création.»

Chacun son rôle

Simon Lachance a vanté la chimie du groupe, une force de celui-ci. Cinq gars qui s’entendent «super bien». Cet été, ils ont sillonné le Québec pendant près de deux mois. 15 jours de tournée, puis 10 jours de repos, avant de repartir un mois complet.

«Nous nous considérons excessivement chanceux de s’entendre aussi bien. Je ne peux que faire le souhait que notre esprit de corps se poursuive encore longtemps.»

Québec Hebdo