Socialiser autour du basilic

Résidence des Diamants


Publié le 28 août 2014

AÎNÉS. Ils ont plus de 65 ans. Ils ont emménagé dans la dernière année dans la nouvelle résidence des Diamants, sur le boulevard Louis-XIV. Ils ne connaissent pas leurs nouveaux voisins, se cherchent des occasions de sorties à proximité. Et voilà qu'une solution se présente sous la forme de concombres et de fines herbes.

Depuis mai dernier, un jardin potager est aménagé sur le toit-terrasse de la résidence des Diamants. Dans l'espace collectif poussent légumes et fines herbes, partagés entre la dizaine de jardiniers aînés qui chacun met la main à la pâte. Autour sont disposés autant de pots individuels laissés à la discrétion de leurs propriétaires. Ils y vont et y viennent à leur guise, échangent quelques recettes sous le regard rougissant des tomates en cette fin d'août, et poursuivent leur promenade au milieu des herbes hautes qui chatouillent les nuages.

Germes du projet

Cette initiative qui amène les aînés à socialiser autour du basilic, on la doit à Sylvie Chassé, intervenante sociale à Action-Habitation, qui est allée chercher l'expertise des Urbainculteurs pour l'aménagement et l'accompagnement. Le projet a d'abord pris forme dans la cour arrière de la résidence Saint-Paul-Apôtre il y a trois ans, avant de faire ses premiers petits cet été du côté d'un HLM du boulevard Charest et de la résidence des Diamants à Charlesbourg. Sur ce toit-terrasse qui accueillait déjà un jardin joliment coloré, l'ajout d'un potager donne une raison supplémentaire à certains résidents d'aller s'y promener.

«L'idée, c'est d'utiliser le jardinage pour améliorer les choses autant au niveau du jardinage qu'au niveau social, parce que le jardinage est aussi un prétexte pour eux pour créer des liens sociaux, pour être ensemble ou pour s'entraider», résume Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs. Aussi l'expérience est-elle proposée aussi bien aux néophytes qu'aux pouces plus verts; du reste, les Urbainculteurs leur rendent visite pendant la saison pour répondre aux questions et prodiguer des conseils.

Semer la passion

Danielle fait partie de celles qui avaient l'habitude d'entretenir un jardin à la maison. La nouvelle résidente n'est donc pas dépaysée, sinon par la beauté de la terrasse d'où Québec se saisit en un coup d'œil. Superbe panorama pour s'adonner aux plaisirs du jardinage, se réjouit-elle en énumérant les autres avantages: «C'est un bon hobby et ça fait prendre l'air. On voit l'évolution de notre travail et, en plus, on a une récompense à la fin!»

Aussi croit-elle qu'ils seront plus nombreux l'an prochain à jouer dans la terre. «Il y a de la place», confirme Marie Eisenmann, qui se dit convaincue que le projet est là pour rester, participant de cet esprit de communauté qui ne peut qu'enrichir un milieu de vie.

Membre du Groupe Québec Hebdo