Sections

Équipe Labeaume: 10 choses que vous ne savez pas sur Patrick Voyer


Publié le 5 octobre 2017

Patrick Voyer a été élu en 2013. Il espère conserver son siège le 5 novembre prochain.

©(Photo gracieuseté)

Le Charlesbourg Express vous présente le candidat de l'Équipe Labeaume, dans le district Des Monts.

1. Il a habité presque toute sa vie à Québec

À l’exception d’une année où il a travaillé dans la métropole montréalaise, ce natif de Duberger a toujours conservé les deux pieds dans la Vieille Capitale. Il habite à Charlesbourg depuis 1999.

2. Il a pratiqué le piano pendant 12 ans

De 5 à 17 ans, Patrick Voyer s’est adonné au piano. Il est un grand passionné de Beethoven et de musique classique. 

3. Son grand-père était un grand musicien

Sa passion pour la musique provient – en partie – de son grand-père paternel, Ulric Voyer (1882 – 1935), qui a été le premier canadien-français à écrire un opéra.

4. Sa famille adore la politique

«Mon grand-père maternel, Léonard Tremblay, a été député fédéral et sénateur. Ma tante a été mairesse de St-Malachie. Mon cousin a quant à lui été conseiller municipal.»

5. Il est issu d’une famille de la classe moyenne

«Mon père travaillait 80 heures par semaine. Il est très inspirant. Il nous répétait toujours: ‘‘Travaillez fort, étudiez et allez-vous chercher un métier’’.»

6.Il a longtemps joué au football

Cet ancien demi-défensif des Citadelles de Québec a vu sa carrière prendre fin au niveau junior majeur après avoir accumulé de nombreuses blessures aux côtes et aux épaules. Aujourd’hui, il regarde encore du football à la télévision dans ses temps libres.

7. Il a deux baccalauréats

Après avoir fait son baccalauréat en relations industrielles, il a fait un baccalauréat en administration. Son conseiller en orientation lui avait dit que c’était «impossible» qu’il réussisse le test pour devenir comptable. «J’ai fini à 77%. Cette année-là, le meilleur au Québec a fini avec 82%. L’impossible n’existe pas.»

8. Il est marié depuis 23 ans

«Après mes études universitaires, je suis parti un an à Montréal. Mon contrat s’est terminé un mercredi. Le samedi, je me mariais même si je n’avais pas d’emploi. Le mariage dure depuis 23 ans quand même!»

9. La revitalisation d’Orsainville est sa «plus belle réalisation»

«On a fait un gros travail au cours des dernières années pour les infrastructures et les rues. Une fois ceci réglé, on a pu travailler sur le cœur du quartier, avec son centre communautaire, l'église, la caisse populaire, les parcours d'autobus et le parc juste à côté.»

10. Il promet de continuer à défendre les citoyens

Le projet Custeau a fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières années à Charlesbourg. «Pendant quatre ans, j’ai défendu les citoyens. Ce fut difficile, mais je suis très fier. Au début, 90% des gens étaient contre. À la fin, il n’y a pas eu de contestation citoyenne.»